Rechercher
  • Lucie Ribault

Comment soulager naturellement les reflux gastriques ?

Les informations présentes dans cet article ne se substituent en aucun cas à un traitement médical et ne dispensent en aucun cas de consulter et/ou de suivre

les recommandations allopathiques de votre médecin.

Un français sur 3 a déjà été sujet à des reflux gastro-œsophagiens (RGO).


Qu'est-ce que sont les RGO ?

Le reflux gastro-œsophagien est un trouble du système digestif qui serait lié à un problème de motricité de l'œsophage. Les RGO se manifestent par le passage d’une partie du contenu de l’estomac dans l’œsophage (le "tube" reliant la bouche à l'estomac). Le pH de l'estomac est très acide ce qui peut entraîner des sensations de brûlures et/ou des régurgitations acides, souvent après un repas ou en position allongée.


La plupart du temps, la solution anti-symptomatique proposée est l'utilisation des IPP (les inhibiteurs de pompe à protons) qui servent à diminuer la production d'acide par l'estomac. Le hic c'est de revoir venir les troubles à l'arrêt de l'IPP car s'ils soulagent, ils ne guérissent pas.


L'acidité gastrique a, entre autres, pour rôle de détruire les bactéries présentes dans les aliments donc de stériliser le bol alimentaire. En réduisant l'acidité gastrique sur le long terme, on a donc le risque de voir les bactéries proliférer dans le tube digestif. Cette acidité permet également de digérer les protéines qui sont les "briques" de notre corps. Or, en diminuant la production d'acide chlorhydrique par les muqueuses de l'estomac, les IPP réduisent l'assimilation des protéines.


Après avoir séjournés dans l'estomac, les aliments continuent leur chemin dans le tube digestif et notamment dans le duodénum qui est la première partie de l'intestin grêle. À ce niveau-là il y a un cocktail d'enzymes qui vont finir par les décortiquer pour qu'ils deviennent assimilables par notre corps. C'est là qu'interviennent notamment des enzymes sécrétées par le pancréas comme les protéases, des enzymes qui permettent la digestion des protéines. Or ces protéases sont sécrétées en réponse à l'acidité gastrique. Si l'acidité est inhibée, elles seront alors moins présentes également et donc la digestion des protéines sera plus complexe.


Quelles sont les causes des reflux gastriques ?

Elles sont multiples et, n'étant pas gastro-entérologue, je ne peux pas entrer dans les détails mais voici les principales causes possibles :


Mécaniques

  • l'hernie hiatale (certains disent que l'hernie est plutôt la conséquence des reflux et non la cause)

  • un mauvais fonctionnement du "clapet", le pylore, qui fermerait mal au niveau de l'estomac et donc permettrait la remontée des acides de l'estomac

  • une pression trop importante au niveau abdominal causé par le surpoids, la grossesse

  • repas trop copieux

  • s'allonger juste après manger

Chimiques ex : médicaments, tabac, alcool, résidus de pesticides


Bactérienne : 80% des ulcères gastro-duodénaux (estomac et duodénum - la première partie de l'intestin grêle) auraient pour origine une bactérie : l'Helicobacter pylori.



Psycho-émotionnelles : stress psychique chronique (surménage, burnout, trauma) et/ou physique (ex : activités physiques excessives)


Certains aliments (tomates, agrumes, aliments ultra-transformés, viande rouge ou graisses en excès, charcuterie..) ou encore les boissons gazeuses et l'alcool.


Le recours aux IPP est intéressant pour soulager la personne le temps de trouver la ou les causes des troubles. Dans certains cas, les IPP sont néanmoins nécessaires sur du long terme mais ils pourraient être évités chez beaucoup de personnes.


Il n'est pas question de vous dire d'arrêter ou non votre traitement car seul votre médecin ou un gastroentérologue est habilité à le faire.

En revanche, il peut être utile en parallèle d'adopter certaines pratiques pour éviter ou limiter la prise de médicament au long cours. Cela vaut le coup d'essayer certaines substances naturelles avant de se tourner vers des médicaments comme nous le verrons ci-dessous. Bien sûr cela dépendra depuis combien de temps la personne souffre de RGO et des lésions/irritations de l'œsophage. Plus cela est ancien, plus il sera nécessaire d'être strict sur l'hygiène de vie et notamment l'alimentation


L'alimentation

  • Prendre le temps de mastiquer. La digestion commence dans la bouche. Plus vous prenez le temps de réduire en bouillie les aliments plus vous facilitez la digestion. Par ailleurs, la salive contient des éléments qui jouent un rôle protecteur de la paroi de l'œsophage. Si vous avez tendance à manger vite, essayez de manger avec des baguettes chinoises !


  • Augmenter la part des aliments alcalinisants (= tamponnent l'acidité du corps) notamment les légumes et certains fruits comme la banane et les fruits rouges. Ils sont riches en antioxydants, en vitamines et minéraux. Choisissez-les frais de préférence ou surgelés (oubliez les conserves). Pensez aussi aux épices et aux aromates pour parfumer vos plats.

  • Les légumes devraient remplir au moins 50% de l'assiette. Plus votre assiette est colorée, plus vous bénéficierez d'antioxydants variés.

  • Les fruits doivent être consommés en dehors des repas en collation (ou en compote en fin de repas).

  • Favorisez les fibres comme les céréales semi-complets/complets et les légumineuses (lentilles, pois, fèves, haricots secs) si vous avez tendance à être constipés.

Réduire l'inflammation en diminuant la consommation d'acides gras oméga-6 (huile de tournesol, de maïs, de pépins de raisin que l'on retrouve dans les plats industriels) et augmentez la part d'oméga-3. Les poissons gras (sardines, maquereaux, harengs, anchois), huile et graines de lin, huile de colza, de cameline.. sont riches en oméga-3.


Quelques règles pour les repas

  • Mangez en pleine conscience dans un environnement calme

  • Dînez le plus tôt possible - 3h avant le coucher - et léger car les remontées d'acides sont favorisées en position allongée

  • Évitez les soupes en grande quantité car cela a tendance à augmenter le volume de l'estomac et ne stimule pas la salivation (or la salive est tamponne l'acidité gastrique)

  • Fractionner les repas si besoin ex : faire 5 à 6 repas mais plus légers


Prévenir et réduire le stress chronique

Le stress est un ensemble de mécanismes qui visent à aider le corps à s'adapter à un élément nouveau de l'environnement (pour schématiser). Le stress est donc, à une certaine dose, positif pour nous. C'est lorsqu'il devient chronique que cela a des effets délétères sur la santé dont au niveau digestif.

Le stress va augmenter la production des sécrétions digestives, accroît la sensibilité à la douleur, diminue la motricité digestive et déséquilibre le microbiote intestinal. Rien que ça oui !



Lors de stress répété, il y a une fuite urinaire du magnésium. Or un manque de magnésium augmente la vulnérabilité au stress donc il faudra en apporter dans l'alimentation et si besoin se supplémenter (pour en savoir plus sur le magnésium, c'est par ici).


Des pratiques comme le yoga, la méditation, la relaxation, la pratique d'une activité physique régulière ou encore la cohérence cardiaque sont efficaces pour apprendre à mieux faire face aux situations stressantes


Le bourgeon de figuier (gemmothérapie) est très intéressant car il diminue l'acidité gastrique tout en calmant le mental. On l'associe généralement avec le bourgeon de l'aulne glutineux.


Des substances naturelles efficaces pour soulager et réduire les RGO


L'argile verte ou blanche (blanche si vous avez les muqueuses sensibles) à prendre en fin de repas. L'argile doit être prise à distance d'au moins 3h de médicaments (y compris la pilule contraceptive) - éviter l'argile en cas de constipation et préférez le gel d'aloe vera


Le gel d'aloe vera à prendre de préférence en début de repas


La réglisse - elle est reconnue comme efficace notamment contre les ulcères gastriques et duodénaux mais est intéressante aussi en cas de RGO


La mélatonine est connue comme l'hormone du sommeil. Elle inhibe également la sécrétion d'acide gastrique.


Autres pistes de travail

  • Lutter contre l'Helicobacter pylori : huiles essentielles, probiotiques

  • Limiter toutes sources de pression au niveau abdominal : surpoids, ceinture, vêtements serrés, incliner le haut du lit

  • Arrêter le tabac


Lucie Ribault

Naturopathe - hypnothérapeute